Browse

韓國語 動討의 意味論的 分類와 '~-ㄴ다/-는다' 形의 意味에 관한 硏究 : Regroupement des verbes coréens en sémantique et signification de la forme V-ninta/-nta

Cited 0 time in Web of Science Cited 0 time in Scopus
Authors

李庸周

Issue Date
1983
Publisher
서울대학교 사범대학
Citation
사대논총, Vol.27, pp. 21-44
Abstract
Le signe linguistique au sens saussurien a pour fonction de représenter la réalité extra-linguistique. Si on nomme une telle fonction "la fonction référentielle", la fonction référentielle ne s'opère pas directement le référent-le monde des objets réels-mais plutôt "le monde perçu à l'intérieur des formations idéologiques„ chez ceux qui parlent une langue particulière. Un signe linguistique peut désigner tantôt un objet qui existe dans le monde réel, tantôt un objet imaginaire qui n'existe pas dans le monde réel; ou bien, il peut très bien montrer de différents attitudes vis-à-vis d'un objet qui existe dans le monde réel. Quand on admet que tous ces trois renvoient au référent du triangle sémantique d'e OGDEN & RICHARDS (1923:11), j'insistrai pour qu'on tienne compte de rapport complexe entre la référence et le référent au cas où on décrivrait ou jugerait le sens d'un signe linguistique. Ainsi, pour une description complète des énoncés, ce serait, selon moi, un travail significatif que l'on procède à l'étude minutieuse de différents aspects des objets existants dans le monde réel. Dans la présente étude, l'observation est portée sur des aspects (mouvement, procédure, état...) du monde réel que représente la forme conjuguée -nintaz/-nta des verbes coréens, que l'on a choisi un ou deux de chaque catégorie pour s'en servir des exemples. 1. chulpalha-nta, tochakha-nta A. s'emploie librement à exprimer l'action faite après le moment de l'énoncé. B. n'exprime pas l'action en cours. 2. ka-nta s'emploie à exprimer l'action faite après le moment de l'énoncé ainsi que celle en cours. 3. pjŏnha-nta, talaci-nta s'emploie à exprimer le changement en cours ainsi que celui fait ou subit après le moment de l'énoncé. 4. concaiha-nta

s'emploie à exprimer l'état actuel au moment de l'énoncé et celui d'après. 5. △iki-nta A. exprime le résultat, la victoire en l'occurence, qu'on aurait après le moment de l'énoncé. B. exprime que la priorité est maintenue au moment de l'énoncé. △kac-ninta A. s'emploie à exprimer l'appartenance d'un (des) objet(s) après le moment de l'énoncé. B. n'exprime pas l'appartenance actuelle au moment de l'énoncé. (Il y a kac-ŏssta et kac-koissta pour l'appartenance actuelle.) 6. a-nta, kiŏkha-nta, saingkakha-nta s'emploie à exprimer la fonction ou l'état psychologique au moment de l'énoncé ainsi que celle ou celui d'après. 7. kyŏlsŏkha-nta A. s'emploie à exprimer l'absence après le moment de l'énconcé. B. n'exprime pas l'absence au moment de l'énoncé. (Il y a kjŏlsŏkha-j-ŏssta pour l'absence actuelle.) Comme je l'ai exposé jusqu'ici, la forme -ninta/-nta des verbes coréens s'emploie sans restriction à exprimer l'action, le processus, l'état, la fonction ou l'état psychologique et l'absence au moment de l'énoncé, pourtant, on voit, sur l'emploi de cette forme à exprimer l'action ou le processus en cours et l'état maintenu au moment de l'énoncé, des certaines contraintes lexicales.
ISSN
1226-4636
Language
Korean
URI
https://hdl.handle.net/10371/72756
Files in This Item:
Appears in Collections:
College of Education (사범대학)Center for Educational Research (교육종합연구원)교육연구와 실천Journal of the College of Education (師大論叢) vol.26/27 (1983)
  • mendeley

Items in S-Space are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

Browse