Browse

생물학의 발전이 인문학에게 주는 위기와 기회
Ce quimplique le développement de la biologie Ce quimplique le développement de la biologie

Cited 0 time in Web of Science Cited 0 time in Scopus
Authors
조현수
Issue Date
2009
Publisher
서울대학교 인문대학 인문학연구원
Citation
인문논총, Vol.61, pp. 131-152
Abstract
La science humaine se pose principallement, croyons-nous, déclairer la
. Elle pouvait, pendant longtemps, jouir de son statut
indépendant à legard de la science naturelle, puisque la nature humaine
paraissait tellement différente de celle des autres êtres du monde quil
parassait quil faudrait employer, pour la saisir adéquatement, une logique
de recherche autre que celle de la science naturelle.
Mais, la science moderne, au fur et à mesure de son développement,
menace de plus en plus cette indépendance de la science humaine à legard
de la science naturelle. La science moderne se fonde sur le postulat de
lobjectivité de la Nature. Elle est née au moment où Descartes et Galilée
établissaient le principe dinertie, qui implique le refus systématique de
considérer comme pouvant conduire à une connaissance toute
interprétation des phénomènes donnée en termes de causes finales, cestà-
dire de : la Nature est, selon ce principe, seulement ,
non pas . Ainsi, ce principe ne fondait pas seulement la
mécanique, mais lépistémologie de la science moderne : on pose le postulat
de lobjectivité de la Nature comme condition nécessaire de toute vérité
dans la connaissance. La connaissance , cest-à-dire objective, est
celle qui sobtient en admettant que le postulat de lobjectivité de la
Nature est la seule source de la vérité, alors que la connaissance qui fait
appel à une certaine cause finale nest quune inteprétation purement
subjective, cest-à-dire , du monde. Or il semble
que la biologie moderne, tout en restant fidèle à cette épistémologie de la
science moderne, cest-à-dire en nemployant quune méthode dexplication
mécanistique, réussit à expliquer les phénomènes vitaux qui, pendant
longtemps, même jusquà presque 200 ans plus tard après la formulation
explicite par Descartes et Galilée du principe de linertie, étaient censés
transcender lexplication mécanistique, qui semblaient ainsi demander, pour
être appréhendés adéquatement, une autre manière dexplication, différente
de celle qui sappuye sur le postulat de lobjectivité de la Nature. A parler
brièvement, le développement de la biologie moderne lui fait maintenir que
lexplication mécanistique, qui est seule à être compatible avec lobjectivité
de la Nature, peut sétendre aux phénomènes vitaux, y compris la nature
humaine.
Cest peut-être ainsi quon vient à lidée dUnification du Savoir, idée
qui, dans la plupart des cas, prétend assimiler la science humaine à la
science naturelle, en refusant de lui admettre aucune rôle indépendant : on
entend souvent cette idée parler que si lon arrive à avoir toutes les
connaissances physiques et chimiques et biologique, la science humaine
naurait plus rien à proprement dire. Nous voulons, dans cet écrit, montrer
pourquoi cette idée dUnification du Savoir est inacceptable, et pourquoi et
comment la science humaine peut entretenir son indépendance malgré le
brillant développement récent de la science naturelle.
ISSN
1598-3021
Language
Korean
URI
https://hdl.handle.net/10371/29793
Files in This Item:
Appears in Collections:
College of Humanities (인문대학)Institute of Humanities (인문학연구원)Journal of humanities (인문논총)Journal of Humanities vol.61 (2009) (인문논총)
  • mendeley

Items in S-Space are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

Browse