Browse

스피노자에서의 픽션 개념
Le concept de fiction chez Spinoza

Cited 0 time in Web of Science Cited 0 time in Scopus
Authors
박기순
Issue Date
2006
Publisher
서울대학교 인문대학 인문학연구원
Citation
인문논총, Vol.56, pp. 1-33
Keywords
스피노자픽션상상가능자유
Abstract
Cette étude a pour but d’éclairer le concept de fiction chez Spinoza, qui,
malgré la portée qu’il a dans son système, n’a guère attiré l’attention des
commentateurs spinozistes. Il est bien connu que Spinoza a construit, contre la
tradition théologique de son temps, une métaphysique de nécessité consistant à
réfuter l’idée de possible. Selon lui, tout est nécessaire, et le possible, ainsi que
le contingent, vient donc de la manque de la connaissance. On peut se
demander cependant s’il nous arrive inévitablement de penser des choses en
termes de possible, surtout dans les domaines tels que l’éthique, la politique ou
l’artistique.
S’il est vrai que le possible constitue un horizon fondamental pour nous, on a
une raison de penser que l’idée d’un possible n’est pas nécessairement
inadéquate. Spinoza n’a absolument pas exlcu l’idée du possible ou du
contingent, mais il a voulu préciser les conditions où le possible ou ce qui
n’existe pas en acte est pensée d’une manière adéquate.
Le concept de fiction porte en lui-même cet enjeu spinoziste. Dans le
Tractatus de emendatione intellectus où Spinoza l’aborde longuement, celui-ci
crtique la conception vulgaire de la fiction consistant à la prendre pour une idée
arbitrairement créée, et établit que la fiction proprement dite se construit sur la
connaissance adéquate des choses.
L’Ethique, oeuvre principale de Spinoza, ne traite pas la fiction comme un
thème indépendant, mais dans le cadre générale de l’imagination. La fiction fait
partie de l’imagination. Pourtant, elle se distingue d’autres idées inadéquates en
ce qu’elle est une imagination libre. Il faut entendre ici le mot de “libre” au sens
proprement spinoziste, c’est-à-dire au sens de “conduite sous la direction de la
raison”. Cette composition apparemment contradictoire de deux termes
“imagination” et “libre” indique l’activité intellectuelle propre à l’homme à qui, à
la différence de Dieu, le possible constitue un horizon inévitable.
C’est ainsi que l’homme libre, vivant sous la conduite de la raison, montre son
ingéniosité par sa facultas imginandi libera qui est à la base des arts et des
sciences.
ISSN
1598-3021
Language
Korean
URI
http://hdl.handle.net/10371/29676
Files in This Item:
Appears in Collections:
College of Humanities (인문대학)Institute of Humanities (인문학연구원)Journal of humanities (인문논총)Journal of Humanities vol.56 (2006) (인문논총)
  • mendeley

Items in S-Space are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

Browse